Lakhdar Brahimi, lauréat du «Vivre ensemble»

lnr_logoL’Algérien Lakhdar Brahimi a été désigné lauréat du Prix de l’Emir Abdelkader pour «la promotion du Vivre ensemble et la coexistence pacifique en Méditerranée et dans le monde» avec deux autres personnalités dont l’Espagnol Federico Mayor et le Canadien Chrétien. Ce prix sera attribué, aujourd’hui, en fin d’après-midi à Mostaganem à l’une de ces personnalités internationales marquantes et distinguées.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Ce prix, initié par l’ONG internationale AISA, la Fondation méditerranéenne du développement durable (Djanatu-al- Arif) et le Programme MED 21, vise à promouvoir la culture de paix et le Vivre ensemble. Il est attribué à des personnalités ayant contribué significativement par leurs actions, à la pratique du Vivre ensemble et au renforcement de la coexistence pacifique entre les peuples, les groupes sociaux et les individus.
C’est dans cette optique que furent désignés les lauréats de ce prix, l’éminent diplomate algérien, Lakhdar Brahimi, pour représenter la rive Sud de la Méditerranée. Ancien chef de la diplomatie algérienne, ambassadeur, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et médiateur international de l’ONU, secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Brahimi a acquis une expérience inestimable dans le règlement des conflits dans le monde, en Irak, Afghanistan, Afrique, au Liban ou encore récemment en Syrie.

L’Espagnol Federico Mayor est le lauréat de la rive nord de la Méditerranée. Ancien ministre, ancien directeur général de l’Unesco et Co-fondateur de l’Alliance des civilisations des Nations unies, il est aussi président de la Fondation pour une culture de paix. Enfin, le troisième lauréat du reste du monde est le Canadien Raymond Chretien, Ambassadeur honoraire du Canada, ancien ambassadeur du Canada aux USA, il est membre de la Fondation Trudeau, un organisme de bienfaisance canadien, et président de l’Observatoire international des maires sur le Vivre ensemble.
Par ailleurs, à l’occasion de l’inauguration, à Alger le 15 juin dernier, de la Chaire Unesco «Emir Abdel-Kader pour les Droits de l’Homme et la Culture de Paix», le bureau exécutif du Prix a décidé de décerner une mention spéciale à Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ancien recteur de l’Université d’Alger I, et le Dr Issam Toualbi, directeur de la Chaire, a-t-on appris des organisateurs.

Les commentaires sont clos.