Mostaganem : Remise du prix « Émir-Abdelkader pour la promotion du Vivre-Ensemble »

logo_elmoudjahidLe Prix «Émir-Abdelkader pour la promotion du Vivre-Ensemble et de la coexistence pacifique en Méditerranée et dans le monde» a été attribué, hier en début de soirée, à Mostaganem, à trois personnalités internationales ayant grandement contribué dans le sens de l’esprit de cette distinction, et ce en présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Les trois personnalités distinguées sont, respectivement, l’ancien chef  de la diplomatie algérienne, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et Médiateur international de l’ONU, secrétaire général adjoint  de la Ligue arabe, M. Lakhdar Brahimi. Ce diplomate a acquis une expérience inestimable dans le règlement des conflits dans le monde, en Irak, en Afghanistan, en Afrique du Sud, au Liban ou encore récemment en Syrie. Les deux autres lauréats, sont respectivement, l’Espagnol Federico Mayor, ancien Directeur général de l’UNESCO et Co-fondateur de l’Alliance des Civilisations des Nations unies et président de la Fondation pour une culture de paix, et enfin  le Canadien Raymond Chrétien, ancien ambassadeur et président, entre autres, de l’Observatoire international des Maires sur le Vivre Ensemble.  En l’absence de Frédérico Mayor, c’est l’ambassadeur d’Espagne en  Algérie, Alejandro Polanca Matas, qui a reçu le prix. La cérémonie de remise cette distinction a été organisée au siège de la Fondation «Djenatu El-Arif», l’une des parties initiatrices de cette action, aux côtés  de l’ONG internationale AISA, et du Programme «MED 21».  Elle a été co-présidée  par l’Ambassadeur et Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme de  l’ONU, Driss El-Djazaïri, un des petits-fils de l’émir, et par Mme  Fadila Laanan,  Secrétaire d’État et ministre-présidente du Gouvernement francophone Bruxellois. Plusieurs personnalités nationales et étrangères, dont le maire de la ville  américaine «El Kader», ont pris part à cette cérémonie, coïncidant avec la  Journée mondiale de la paix (21 septembre de chaque année). Les organisateurs ont également attribué une mention spéciale du Prix au ministre de l’Enseignement supérieur, M. Tahar Hadjar, et au directeur de la chaire Unesco-Algérie, Issam Toualbi.
Cette chaire, rappelle-t-on, a été créée le 15 juin dernier à  Alger. Le secrétaire général du MESRS, Salah Eddine Seddiki, a reçu ce prix à la place du ministre.   Ce Prix a été créé en hommage à la figure emblématique de l’émir Abdelkader (1808-1883), fondateur de l’État moderne algérien et précurseur de  ce Vivre Ensemble. Figure de la résistance populaire contre la colonisation française, fin diplomate, homme de lettres, l’émir Abdelkader a été également un humaniste, un soufi et un défenseur des minorités de toutes confessions. Il est à rappeler que dans l’après-midi, les organisateurs ont tenu une conférence de presse au cours de laquelle ils ont développé les objectifs de la création de ce prix et sa philosophie. En marge de cette cérémonie, il a été procédé à l’inauguration d’une exposition d’effets personnels de l’émir Abdelkader, comme son burnous, et de documents relatifs à l’État algérien durant sa période.   La cérémonie a été également marquée par la projection du documentaire de Salem Brahimi, intitulé   Abdelkader, fondateur de l’État algérien, ainsi que par des exhibitions de cavalerie et de fantasia.
APS

Les commentaires sont clos.